Wolfe Judith

Peinture, Oeuvre sur papier

Saint Nazaire 6

technqiue mixte sur papier marouflé sur toile (120 x 120)3800

2009



Saint Nazaire 5

technique mixte papier marouflé sur toile (120 x 120)3800

2009



Paysage d'été 1

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (95 x 65)2400

2004



Paysage d'été 4

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (95 x 65)2400

2004



Les Sagesses 3

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (60 x 60)1500

2011



Les pots d'Angélique 10

Technique mixte sur papier marouflé sur toile (150 x 122)5000

2002



Paradis perdu 2

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (102 x 89)2400

2000



Les pots d'Angélique 6

Technique mixte sur papier marouflé sur toile (150 x 122)5000

2002



Les sagesses 1

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (60 x 60)1500

2011



Les pots d'Angélique 4

Technique mixte sur papier marouflé sur toile (150 x 122)5000

2002



Paradis perdu 1

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (102 x 69)2400

2000



Les sagesses 2

Acrylique et encre sur papier marouflé sur toile (60 x 60)1500

2011



Rendez-vous vidéo

Recevez ma sélection adaptée à votre projet

Procédez au paiement par virement

Colissimo à domicile ou relais

Oeuvre originale avec certificat d'authenticité

7 jours pour regarder si votre oeuvre est bien celle que vous recherchiez

Judith Wolfe

Judith Wolfe est née aux Etats-Unis, héritière de l’expressionnisme de De Kooning et Sam Francis, puis de celui de Schiele et de Kokoschka (dont elle fut l’élève), Judith Wolfe est installée en France depuis quarante ans, au terme d’un itinéraire sans entrave, à travers les continents, qui esquisse le portrait d’une artiste revendiquant haut et claire sa liberté.

Le travail de Judith Wolfe porte la trace de ses errances. Elle peint aujourd’hui sur du papier népalais. Papier arraché, déchiré, puis à nouveau collé et assemblé : il y a là comme un symbole des déchirements, de la précarité, mais aussi de la légèreté et une indéniable vitalité, qui n’est pas sans faire lien avec la formation de danseuse de l’artiste. Sur le papier, les formes et les couleurs sont lyriques. Des rouges comme le sang, des jaunes, du bleu qui évoque les espaces outremer.

Dans le sillage des expressionnistes abstraits américains, Judith Wolfe n’est pourtant jamais dans l’abstraction pure. Entre les arabesques, les éclaboussures, les bribes de phrases qui ponctuent son travail, apparaissent des formes, qui équilibrent sa peinture. Dans ses travaux les plus récents, le corps est suggéré, silhouettes esquissées à l’encre de Chine comme autant de solitudes qui se croisent sur la toile. Ces formes donnent à la peinture une sorte de plénitude teintée d’optimisme, qui fait écho aux convictions de l’artiste, à sa volonté de mettre l’être humain au cœur de sa démarche.

Texte de Marianne Amar

Interview réalisée en octobre 1998 et reproduite avec l’autorisation de la revue Trac[é] Le qui , quoi , comment …

Qui est Judith Wolfe? une artiste à l’âme “ nomade “, ayant eu la chance de bénéficier de deux cultures, deux langues et plutôt fascinée par les différences.

Quoi ? Des grands assemblages/collages de peintures sur Papier, légers et mobiles où se mêlent dessins, couleurs, bribes de phrases. Je structure l’espace, entre autres, avec un jeu de déplacements. Ma formation de danseuse est, du reste, toujours présente dans ce que je fais.

Comment ? A partir de matériaux simples : papiers, pigments, liants, colles, encre de Chine. N’oubliez pas mes pinceaux souples et mes grands bambous.

Quel est votre projet ? Mener ma quête picturale le plus loin possible en travaillant sur de grands murs, dans un grand espace. J’ai besoin de beaucoup d’espace.
Quelles ont été vos premières influences
? A mes tous débuts, les peintres européens de tendance expressionniste : Franz Marc, Alexander Jawlenski et Oskar Kokoschka, suivis par les peintres américains “ abstraits “ tels Robert Motherwell, Sam Francis, Hans Hofmann, parmi d’autres.
Quel est l’artiste que vous n’aimez pas ? L’artiste
qui ne me surprend pas. Quel est votre artiste préféré ? En ce moment Bill Viola, artiste multimédia dont l’œuvre comporte beaucoup de dimensions plastiques, poétiques et philosophiques.
De qui écoutez-vous les conseils ? J’essaie
d’écouter ma petite “voix intérieure “, c’est ainsi que je m’en sors le mieux.
Que faisiez-vous il y a vingt ans ?
J’avais vendu tous mes chassis pour être libre. J’adoptais le papier comme support. Des grands découpages audacieux de Matisse m’avaient marqués.
Qu’est-ce qu’une oeuvre réussie ? C’est
une œuvre habitée par une nécéssité intérieure “ qui n’exclut ni la sensation, ni l’intuition, et qui s’impose avec évidence. Que faites-vous à l’extérieur de l’atelier ? Je me ressource dans la ville et dans la nature. Je travaille aussi avec des étudiants et c’est passionnant.

Expositions

2014 “La couleur de le Peinture” Centre Culturel de Gurgy (89)
2012 “Grands Espaces Colorés” Abattoirs d’Avallon (89)Galerie Caron Bedout
2011 “Cheminements” Galerie Véronique Smagghe, Paris
2010 _”Blue Paintings” _The American University of Paris Fine Arts Gallery, Paris
_”_Jardins Rêvés_”_ Mairie du 17e arrondissement, Paris
“Figures et Paysages” Galerie du Grand T, Nantes
2008 _”Convergences” _Galerie Eric Devlin, Montréal, Canada
2007 “Bannières_”_ Maison des Arts et Loisirs, Laon (02)
_”_New paintings_”_ Soprafina Gallery, Boston, Etats-Unis
2006
_”_Figures Errantes_” _Orangerie des Musées de Sens (89)
Résurgences_” Agora de l’Hôtel de Ville d’Argenteuil (95) Centre d’Art Contemporain La Rairie, Pont- Saint-Martin (44)
2005
“Equilibres” La Cave d’Arts, Louviers (27)
2004
“_Paysages de l’Ephémère_”_ Association-Fondation Zervos,
La Goulotte, Vezelay (89)_
2003 “_Les pots d’Angélique_”_ Galerie Véronique Smagghe, Paris
2002 La Chapelle d’Avigneau (89)
2000 _”Natures” Cité des Arts, Paris
1999
“Fragilités”_ Galerie Véronique Smagghe, Paris
1996 Galerie Municipale, Espace Ecureuil, Niort (89)
1995 Galerie J.C. Fradin, Nantes (44)
1994 Institut Français de Dresde, Allemagne
“Eclats” Galerie Véronique Smagghe, Paris
1991 Galerie Posner, Milwaukee, Etats-Unis
“Dédoublements Wolfe/Kokoschka” Galerie Véronique Smagghe, Paris
1986 Galerie Bernard Zurcher, Paris
National Academy of Science, Washington D.C., Etats-Unis
1984 American Center, Paris
Galerie Aube 3935, Montréal, Québec
Galerie Works II, South Hampton, New York, Etats-Unis