Vandooren Marie

Oeuvre sur papier

Piscine et végétation

Sérigraphie édition limitée à 9 exemplaires (70 x 50)210

2023



Béton et végétation

Sérigraphie en édition limitée à 9 exemplaires (70 x 50)210

2023



Plongeoir fumée

Sérigraphie (70 x 50)210

5/11 2022



Vestige 2

Sérigraphie (50 x 70)210

6/11 2021



Colimaçon

Sérigraphie (45 x 35)210

Exemplaire 5/12



La forme du ciel 3

Découpage et sérigraphie (24 x 30)147

Jardin des plantes

Sérigraphie (70 x 50)210

4/30 2022



Fête foraine

Sérigraphie (50 x 70)210

1/8 2022



La forme du ciel 1

Découpage et sérigraphie (24 x 30)147

Forme d'architecture 1

Acrylique sur papier (57 x 42)525

Palindrome 3

Sérigraphie (70 x 50)210

5/5



3 nageurs

Sérigraphie trichromie 4/8 (61 x 42)157.5

Image 40X30
2021



2 baigneurs

Sérigraphie trichromie (50 x 70)210

1 baigneur

Sérigraphie en trichromie (50 x 70)210

Forme d'architecture 4

Acrylique sur papier (70 x 50)525

Forme d'architecture 3

Acrylique sur papier (40 x 50)420

Béton volant

sérigraphie en 16 exemplaires (70 x 50)210

2021



Contraste #4

Sérigraphie 16 exemplaires (40 x 30)136.5

13/16 2019



Palindrome 3 couleurs

Sérigraphie en 20 exemplaires (70 x 50)210

11/18



Montagne

Sérigraphie en 10 exemplaires (50 x 70)210

2020



Piscine végétale

Sérigraphie 10 exemplaires (70 x 50)210

2020



Portrait de Marie Vandooren


Rendez-vous vidéo

Recevez ma sélection adaptée à votre projet

paiement en ligne

Colissimo à domicile ou relais

Oeuvre originale avec certificat d'authenticité

7 jours pour changer d'avis

Marie Vandooren

Sa transcription des espaces urbains

Marie Vandooren est née en 1976. Elle est diplômée d’un baccalauréat en Arts Plastiques en 1997 et d’un DEUG d’histoire de l’art à Nantes de 1997 à 1999. Elle est également riche d’expériences collectives dans certains ateliers, tels que ceux de l’Usure et de Bitche.

Texte de Marie Vandooren :

En peinture, Marie Vandooren interroge notre rapport intime à la ville. A la manière d’un collage elle joue sur les échelles et les proportions. Les espaces urbains reproduits sont des décors, abritant des humains en errance, des personnages inexpressifs occupés à leurs pensées, dans une posture intime. Mis à nu et surexposés dans l’espace, les personnages deviennent vulnérables, enfermés dans des univers qui paraissent clos. Ils errent sans but, s’ennuient, vaquent à des occupations vaines. Il s’agit de mettre en avant l’absurdité de nos sociétés modernes dans le décor de la ville, là où tout se montre mais où tout y est faux. Le dedans et le dehors se confrontent laissant apparaître la solitude des figures humaines.
Son traitement, proche de celui de la bande dessinée, tend à montrer combien les villes sont devenues toutes semblables, des lieux vides où l’homme a de plus en plus de mal à trouver son identité. Enfin, il est aussi question de la rêverie propre à l’enfance. Ces moments où rien ne se produit, où le corps est en attente, comme en suspens.

Her transcription of urban spaces

Marie Vandooren was born in 1976. She graduated from a baccalaureate in Plastic Arts in 1997 and a DEUG in Art History in Nantes from 1997 to 1999. She also has a great amount of collective experience in certain workshops, such as those of Usure and Bitche.

Text by Marie Vandooren:

In painting, Marie Vandooren questions our intimate relationship with the city. In the manner of a collage, she plays with scale and proportion. The reproduced urban spaces are settings, sheltering humans in wandering, inexpressive characters occupied with their thoughts, in an intimate posture. Exposed and overexposed in space, the characters become vulnerable, locked up in universes that seem closed. They wander aimlessly, bored, going about their business in vain. It is a question of putting forward the absurdity of our modern societies in the setting of the city, where everything is shown but where everything is false. The inside and the outside confront each other, revealing the solitude of human figures. His treatment, close to that of the comic strip, tends to show how cities have become all alike, empty places where man has more and more difficulty in finding his identity. Finally, it is also a question of the daydreaming proper to childhood. These moments when nothing happens, when the body is waiting, as if in suspense.